Industries culturelles et créatives : force et fragilité, un paradoxe

Une croissance en hausse de 1,2% entre 2011 et 2013.

2e_panorama_economie_culture_creation_en_france_FR_700x200.jpg

A l’initiative de France Créative, plateforme qui regroupe les acteurs des secteurs culturels et créatifs, le  2ème Panorama de l’économie de la culture et de la création réaffirme la contribution de ces secteurs à la croissance économique et à la création d’emplois en France.     

Filière clé du rayonnement et de la compétitivité française

Changer le regard sur les secteurs culturels. Telle était la première motivation de la Sacem en 2013 lorsqu’elle proposa de réaliser une étude sur le poids d’une dizaine de secteurs culturels et créatifs allant de la musique au cinéma, du spectacle vivant à la télévision en passant par les jeux vidéo ou l’édition.

Bilan : ces industries n’étaient pas en déclin, marginalisées et dépendantes de financements publics mais au contraire dynamiques, conquérantes, modernes et adaptées à leur époque.
Pour la première fois, l’étude corrigeait de nombreuses idées reçues en révélant leur poids déterminant dans la croissance et l’emploi de notre pays : des industries plus fortes que le glamour secteur du luxe ou l’automobile et qui talonnent les télécommunications.   

Le « made in France » se porte toujours bien !

Le 2ème Panorama confirme les enseignements de la première édition.

« Les industries culturelles et créatives* restent une force indéniable de l’économie française témoigne Marc Lhermitte, auteur de l’étude pour le cabinet EY. Nos créateurs, producteurs, techniciens et entrepreneurs rayonnent à l’international et sont autant d’ambassadeurs de l’attractivité de la France ».  

Ces industries démontrent une forte capacité à exporter et comprennent une très grande diversité de métiers (près de 1 000, pour la plupart non délocalisables).
Elles attirent les jeunes (47% des actifs de moins de 40 ans) et comptent près de 50% de femmes.   

En chiffres :
-  croissance en hausse de 1,2% en un an, supérieure au reste de l’économie française malgré la crise.
83,6 milliards d’euros de revenus et 1,3 million d’emplois

* Etude du poids économique en 2013 de 10 secteurs culturels en France (arts visuels, musique, spectacle vivant, cinéma, télévision, radio, jeu vidéo, livre, presse, communication et publicité).

Création sous tension

Le titre du Panorama résonne pourtant comme un avertissement. L’explosion des offres numériques ne suffit pas à compenser les pertes de revenus des circuits traditionnels.
De plus, le recul du soutien public marqué par une baisse continue de la contribution de l’Etat à la culture entre 2010 et 2013 (-1,6% par an) est également source d’inquiétude.    

« Si leur apport à l’économie générale est indéniable, les ICC donnent aussi du goût, du sens et de la couleur à la vie dans un monde atteint par la morosité, commentent de leur côté les membres de France Créative. Elles participent à notre émancipation collective, créent du lien social et sont les vecteurs de notre démocratie en action ».

Focus musique

Avec près de 240 000 emplois générés en 2013, la musique est le 2ème employeur des industries culturelles et créatives derrière les arts visuels.

Focux musique
 

 

FranceCréative.fr

Consultez dès maintenant le site francecreative.fr : études dans leur intégralité, chiffres, analyses et infographies !

et dans le monde ?

Panorama Monde
 

Publié le 25 novembre 2015