La Sacem à la Techno Parade

22 septembre

© David Boschet

Pour sa première Techno Parade, la Sacem a défilé le 22 septembre, à bord d’un char en partenariat avec le Rex Club (qui fête ses 30 ans), le tremplin BPM Contest et Trax Magazine.

Ce char a été créé par un jeune graphiste de talent, Matthieu Dagorn, dont la création a pour thèmes l’énergie et le beat.

© David Boschet

 

Notre programmation

Une programmation très féminine et internationale, mêlant artistes confirmés et émergents, a pris le contrôle des platines :

Sara Zinger
© DR

Sara Zinger
La DJ & productrice, newcomer de la scène française, symbolise avec talent et charisme la force de persévérance d’une jeune génération électro se réinventant en permanence.
Avec son sens du look quasi inné́, sa légitimité́ profondément ancrée dans la scène musicale underground et ses nouvelles chansons prêtes à élargir ses horizons, Sara Zinger n’aura pas à trop forcer sa nature pour s’afficher comme une authentique icône contemporaine.

 

 

 

Electric Rescue
© DR

Electric Rescue
Infatigable passionné et activiste touche-à-tout, Electric Rescue agite la scène techno hexagonale depuis deux décennies.
Militant de la rave, on le retrouve sur tous les fronts, et quand il ne s’affaire pas derrière les platines des clubs les plus prestigieux de France et de Navarre, seul ou avec ses autres projets (Möd3rn avec Kmyle et Maxime Dangles ou W.LV.S avec The Driver), c’est par le biais de son label Skryptöm et ses fameuses résidences au Rex Club ou les mythiques soirées Play qu’Antoine Husson électrise l’underground techno français.

 

Onyvaa
© DR

Onyvaa
Originaire de Californie, la DJ et productrice ONYVAA est l’une des récentes arrivantes sur la scène techno Européenne, connue pour sa techno mélodique aux influences de Detroit teintée de sons analogiques bruts. 
Basée à Paris, ONYVAA a créé son propre label vinyl et digital baptisé Passeport Records, distribué et pressé par Word and Sound à Hambourg en Allemagne.

 

 

 

Sama'
© Roddy Bow

Sama'
Artiste emblématique de la communauté underground palestinienne, SAMA’ (anciennement Skywalker) est la première DJ à avoir importé le mouvement Techno à Ramallah.

 

 

 

 

 

Arnaud Rebotini
© DR

Arnaud Rebotini
Arnaud Rebotini jongle entre plusieurs casquettes : auteur, compositeur, interprète, producteur et fondateur du label Black Strobe Records… une référence dans le monde de la techno française.
Il consacre une partie de sa carrière aux productions électroniques et sort plusieurs albums en son nom propre : « Music Components » (Black Strobe Records, 2008), « Someone Give Me Religion » (Black Strobe Records, 2011) et plus récemment la B.O. de « 120 Battements par minute » de Robin Campillo (Because Music, 2017) pour laquelle il a reçu un César.

 

 

 

 

Que le beat cogne !

 

Publié le 17 septembre 2018