L'archive : une lettre inédite de Barbara pour Jacques Higelin

Les archives de la Sacem abritent des trésors méconnus, qui racontent l’histoire des créateurs et des éditeurs depuis cent soixante-six ans. Alors que ces pièces seront exposées l’année prochaine dans un musée en ligne, le MagSacem leur consacre désormais une rubrique. Mise en lumière d’une pépite : ce mois-ci, un manuscrit de Barbara pour Jacques Higelin.

« Barbara ne l’a jamais chanté. Ce texte avait disparu… », confie Clémentine Deroudille, commissaire de l’exposition consacrée à Barbara cet automne à la Philharmonie de Paris.

La Sacem s’est associée à cette exposition-événement qui invite le visiteur à la découverte de la mystérieuse et inoubliable dame en noir qui nous quittait un matin de novembre, il y a vingt ans.

Outre son soutien, la société d’auteurs a prêté quelques archives parmi lesquelles cette oeuvre que Barbara avait écrite pour son ami et complice Jacques Higelin.
Déposé à la Sacem le 17 octobre 1988, ce texte n’a jamais été publié. L’intéressé lui-même en ignorait l’existence.

Autre archive mise au coeur de l’exposition : l’examen d’entrée de Barbara à la Sacem.
À l’époque, pour adhérer, il fallait en effet passer un concours d’écriture et/ou de composition. Les roses de novembre, joli texte manuscrit de Barbara est ainsi exposé aux côtés d’une partition qu’un copiste avait reproduite sous la dictée de la compositrice.

Pour Clémentine Deroudille, « on ne prend pas assez la mesure de ces archives… Ce sont des manuscrits inédits de la plus grande artiste du xxe siècle. C’est comparable à un premier écrit de Marcel Proust ».

 



 

Cet article est tiré du MagSacem 99 (automne-hiver 2017).

Découvrez l'intégralité de ce numéro.

 

 

 

Publié le 13 décembre 2017