Plan de relance : La Sacem salue des mesures importantes pour la préservation de la création musicale

La Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique se félicite des annonces très fortes du Premier ministre et de la ministre de la Culture qui font de la culture l’un des enjeux du plan de relance. Elle salue notamment les mesures prévues pour la filière musicale. Les 432 millions d’euros d’aide directe accordés au Spectacle Vivant sur deux ans sont une bouffée d’oxygène vitale pour un secteur en grande souffrance et bénéficieront directement ou indirectement à l’ensemble des acteurs de la filière musicale, et notamment des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique dont les revenus sont en partie liés au spectacle vivant et à la diffusion des films dans les salles de cinéma.

La Sacem se réjouit également que 210 millions d’euros soient accordés au Centre National de la Musique pour en faire bénéficier la filière musicale dans son ensemble. Ce renforcement considérable des moyens du CNM, qui était doté à l’origine de 30 millions d’euros, va permettre une action puissante et coordonnée pour aider le plus rapidement possible les acteurs les plus en difficulté et favoriser une relance efficace du secteur. La Sacem contribuera à son niveau au déploiement de cette action et veillera à ce que les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique puissent en bénéficier.

La Sacem attend maintenant avec espoir les possibles évolutions à venir concernant les seuils et les modalités d’accueil du public dans les salles de spectacle, théâtres et salles de cinéma, en souhaitant que ces lieux puissent prochainement accueillir à nouveau le plus large public, dans les meilleures conditions de confort et de sécurité sanitaire.

Elle poursuivra par ailleurs le dialogue avec les pouvoirs publics pour étudier les dispositifs nécessaires à développer afin de répondre aux difficultés spécifiques des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, frappés de plein fouet et à double titre par la crise actuelle. Outre les annulations de projets (concerts, sessions d’enregistrement, tournages…) qui les ont affectés en 2020, ces professionnels vont souffrir des pertes de droits d’auteur dues à la chute des droits collectés qui se manifestera fortement à partir de la répartition trimestrielle de droits d’auteur de janvier 2021.

« Les premières mesures d’urgence annoncées jusqu’ici par les pouvoirs publics étaient nécessaires mais pas à la hauteur de l’impact dévastateur de la crise de la Covid sur le secteur musical, lequel devrait perdre de l’ordre de 4,5 milliards d’euros en 2020 sur 10 milliards de revenus annuels, d’après l’étude réalisée par E&Y pour l’association Tous Pour La Musique », explique Jean-Noël Tronc, directeur général-gérant de la Sacem. « Nous nous réjouissons donc que le travail d’alerte, de sensibilisation et de soutien à la Scène Française mené ces derniers mois par la Sacem et l’ensemble de la filière, mais aussi par l’association France Créative, nous ait permis d’être entendus.

De son côté, alors que la gestion collective apparaît plus que jamais comme l’indispensable outil pour les créateurs et les éditeurs, notamment les plus fragilisés, la Sacem reste pleinement mobilisée dans le soutien à ses sociétaires, maillon essentiel de la création. »

 

Contact presse

Mathilde Gaschet - 06 87 74 23 04
Service de presse - 01 47 15 45 92

 

Publié le 31 août 2020