Hommage à Claude Bolling

Décembre 2020

C’est une immense figure de la musique qui vient de nous quitter. Pianiste, compositeur, arrangeur et chef d’orchestre, Claude Bolling, artiste prodige et éclectique aura enregistré et joué avec les plus grands. Il laisse des œuvres inoubliables composées pour le cinéma mais aussi des œuvres classiques sans oublier de remarquables arrangements pour la chanson.

Claude Bolling - ©Thomas Bartel
© Thomas Bartel

Borsalino, c’est lui, Le Magnifique ou Le Mur de l’Atlantique, encore lui. Des œuvres populaires qui offrent un petit aperçu de la carrière de celui qui, jeune prodige du piano, accompagnait déjà à l’âge de 14 ans des jazzmen comme Lionel Hampton, Roy Eldrige ou Kenny Clarke. Né à Cannes en 1930, Claude Jean Harry Bolling fréquente les conservatoires de Nice puis de Paris, avant de fonder son premier orchestre et de devenir le plus jeune membre de la Sacem en 1962 en tant que compositeur. En 1948, il remporte le concours du Hot Club de France. Influencé par des maîtres comme Art Tatum, Fats Waller ou Duke Ellington, il alterne standards de jazz et compositions, en solo, en trio ou avec son Big Band qu’il crée dès 1956, à l’âge de 26 ans, et dirigera jusqu’en 2014.

Pionnier de la fusion entre trio jazz et solistes classiques, Claude Bolling enregistrera ainsi avec les plus grands musiciens de son époque comme le flûtiste Jean-Pierre Rampal (Suite pour flûte et piano jazz, en 1975 fut un énorme succès Outre-Atlantique), mais aussi le guitariste Alexandre Lagoya, le trompettiste Maurice André, le violoncelliste Yo-Yo Ma ou le violoniste Pinchas Zukerman. En 1982, la prestigieuse salle du Carnegie Hall de New-York l’accueillera pour sa Suite pour orchestre de chambre et trio jazz, avec l’orchestre du Syracuse Symphony.

Pour lui, la musique n’a pas de frontière et, par l’intermédiaire de Boris Vian, il découvre le monde de la chanson française. C’est le début d’une longue collaboration avec de nombreux artistes comme Sacha Distel, Juliette Gréco, Henri Salvador, Dario Moreno, Joe Dassin ou Brigitte Bardot dont il arrangera la célèbre chanson La Madrague. Dans les années 60, il est lui-même à l’origine de la formation d’un groupe de quatre chanteuses au style yé yé, « Les Parisiennes », dont il écrira toutes les musiques.

Claude Bolling a composé une centaine de musiques de films, pour des réalisateurs comme René Clément, Jacques Deray, Philippe de Broca, Pierre Granier-Deferre, Marcel Camus, Claude Lelouch ou Nelly Kaplan, ainsi que le générique de la série télévisée Les Brigades du Tigre.

Il s’était vu décerner les insignes d’Officier de la légion d’honneur en 2010. Parrain d’une école de musique qui porte son nom à Trouville-sur -Mer, il s’est produit sur scène jusqu’à l’âge de 84 ans et aura enregistré une quarantaine d’albums. La Sacem lui avait remis son Grand Prix du Jazz en 1989 et celui de la musique pour l’audiovisuel en 2009, deux récompenses à la hauteur d’une très longue et brillante carrière au service de la musique.

« Claude Bolling vient de nous quitter après une formidable carrière de pianiste de jazz d’abord, puis de compositeur de musiques très différentes, pour le cinéma, et aussi d’une variété incroyable d’œuvres inspirées par toutes les musiques (classique, chanson, musique orchestrale…) Ses « tubes » sont célèbres au-delà de nos frontières et nous perdons en cette fin d’année un ami de tous les musiciens ».
Jean-Claude Petit
Compositeur et chef d’orchestre

Président d’honneur de la Sacem

« Claude Bolling, musicien protée, a touché à tous les genres et tous les styles avec une égale réussite. À la tête de son Big Band ou à la fête aux images, il nous a donné tant de bonheur qu'au-delà des bravos qui saluent le départ de chaque artiste, deux mots me viennent aux lèvres en cette triste fin d'année : "Merci, Monsieur" ».
Claude Lemesle
Auteur
Président d’honneur de la Sacem

Publié le 31 décembre 2020