Blockchain : la Sacem, Ascap et PRS for Music s’allient pour une meilleure identification des œuvres

Vendredi 7 avril, trois des plus importantes sociétés de gestion de droits d'auteur au monde - la Sacem (Société des Auteurs Compositeurs et Éditeurs de Musique), Ascap (American Society for Composers Authors and Publishers) et PRS for Music (Performing Right Society for Music) – ont annoncé allier leurs forces dans le cadre d’un projet blockchain, pour mettre au point un prototype de gestion partagée des informations relatives aux droits d'auteur.

Ensemble, elles élaborent un nouveau système de gestion des liens entre les ISRCs (codes internationaux pour les enregistrements musicaux) et les ISWCs (codes internationaux pour les œuvres musicales). Cette solution, à fort potentiel, permettra d’optimiser l’identification des ayants-droit, de réduire les risques d'erreurs et de limiter les coûts, et à terme, d’accélérer l’octroi de licences.

L'objectif du projet est de mettre au point un prototype qui permettra aux sociétés de créer et de s’appuyer sur une base de métadonnées d'œuvres musicales partagée et décentralisée, avec des capacités de suivi et d'actualisation en temps réel.

Les équipes techniques de la Sacem, d’Ascap, et de PRS for Music collaborent avec IBM en vue d'exploiter la technologie blockchain open source de la Linux Foundation, Hyperledger Fabric, pour recouper, regrouper et préciser les liens existants entre les ISRCs et les ISWCs et confirmer l’exactitude des informations ou des conflits identifiés sur des œuvres musicales.
Bien que ce projet n’en soit encore qu’à ses débuts, il représente une étape fondamentale et prometteuse pour le développement et le déploiement des solutions blockchain dans la filière.

Connue pour sa capacité à gérer des fichiers décentralisés, la blockchain permettra de répondre aux enjeux liés aux conflits d’identifiants autour d’une même œuvre pour de multiples ayants droit.

En savoir plus

Plus d’informations sur la technologie des blockchains

Pourquoi l’industrie musicale a besoin de la blockchain (Challenges.fr)

Publié le 11 avril 2017