Ingénierie culturelle - Le 3e métier de la Sacem

MagSacem n°103

Plus de trois mille cent projets ont été soutenus par la Sacem en 2018, grâce à la rémunération pour copie privée et à une dotation complémentaire. Au-delà de cette aide financière, la société d’auteurs conseille et accompagne les créateurs et les acteurs de la filière pour inscrire leurs projets durablement dans l’écosystème de la création et de la diffusion. Coup de projecteur sur cette activité qui, pour eux, veut dire beaucoup !

 

MISE EN RÉSEAU • Espace culturel de Chaillol : la création en circuit court

L'été, les amoureux de la musique de création sont nombreux à assister aux concerts du Festival de Chaillol, dont la Sacem est partenaire depuis les toutes premières éditions. Les équipes du festival développent des actions culturelles sur le territoire, à destination des habitants des Hautes-Alpes, et des scolaires en particulier. L’objectif : sensibiliser à la musique de création, jazz ou contemporaine, en offrant aux habitants une soixantaine de concerts tout au long de l’année. Les Week-ends musicaux se sont ainsi multipliés tout au long de la saison dans de nombreuses communes et villes des Hautes-Alpes, précédés de nombreux moments de rencontre et de médiation avec les populations du territoire. La Sacem a accompagné ce développement en jetant des ponts entre le festival et les acteurs locaux, et en apportant son éclairage sur la programmation. Ce travail a abouti cette année à la labellisation de l’Espace culturel de Chaillol en tant que scène conventionnée d’intérêt national « Arts en territoire » par le ministère de la Culture.

INCUBATION CULTURELLE • Un centre de ressources pour les compositrices

Depuis presque dix ans, le festival Présences féminines honore la création musicale des femmes. Compositrices méconnues, marginalisées, sous-estimées… ce rendez-vous soutenu par la Sacem met en lumière les œuvres des compositrices, du Moyen Âge à aujourd’hui. Depuis 2017, le festival accueille chaque année plusieurs compositrices dont l’une en résidence à laquelle une ou des commandes sont passées. Claire Bodin, directrice artistique de Présences féminines, nourrit depuis plusieurs années le souhait de transformer son festival en un véritable centre de ressources pour les compositrices. Pour aider à la réalisation de ce projet, la Sacem l’a inscrit dans le programme d’incubation culturelle développé conjointement avec l’école de commerce HEC. Deux étudiantes en dernière année de master médias, art et création ont travaillé avec Claire Bodin pendant près de quatre mois sur son projet de centre. Un travail précis et complet sur les besoins, les missions, les financements, les recommandations budgétaires, mais aussi les sources de revenu potentielles. « Les remarques et le travail des étudiantes d’HEC ont été très pertinents et ont aidé à la formalisation de notre idée », se réjouit Claire Bodin. Elle ajoute : « C’est la Sacem qui a permis de transformer le rêve de départ en un projet réalisable. Au-delà de l’aide financière, les équipes de la société d’auteurs nous apportent expertise, conseils et accompagnement ».
Le projet passe aujourd’hui en phase active avec le développement d’un site ressources, grâce au soutien de nombreux acteurs publics et privés impliqués dans les sujets égalité femmes/hommes. Le cercle vertueux des mises en réseau et du partage d’expertises !

INSERTION PROFESSIONNELLE • Dérouler le tapis rouge pour les compositeurs

La musique est une composante primordiale de l’écriture d’une œuvre cinématographique. Il n’est pas rare qu’un réalisateur sollicite un compositeur
dès les prémices de la création de son film. Aussi, pour le compositeur, les rencontres sont souvent décisives. La Sacem accompagne de nombreux compositeurs, émergents ou plus confirmés, afin de favoriser leur insertion comme leur professionnalisation. Parmi les quelque trois cent cinquante projets soutenus chaque année, Next Step est une résidence de cinq jours mise en place par la Semaine de la critique, au mois de décembre, à destination de réalisateurs. Ce programme est l’occasion pour les jeunes cinéastes de rencontrer des distributeurs, des producteurs, mais aussi des compositeurs. La Sacem a permis au compositeur Wissam Hojeij de participer à ces rencontres. Il y a fait la connaissance de la réalisatrice Sofía Quirós Ubeda, en 2017. Un an plus tard, la réalisatrice appelle le compositeur et lui propose qu’ils travaillent ensemble sur un projet de long-métrage. Un binôme artistique naît. À distance, ils échangent beaucoup. La création musicale du fi lm reçoit alors une aide financière de la Sacem : l’aide à la création de musique originale long-métrage. En 2019, Cendre noire (Ceniza negra) sort en salles… et le film est sélectionné par la Semaine de la critique à Cannes. Wissam fait alors partie des compositeurs de musique pris en charge par la Sacem pour être hébergé et accrédité au festival de Cannes 2019… Une nouvelle occasion de nouer des relations pour de futurs projets !

Cette année encore, les compositeurs étaient au rendez-vous du festival de Cannes : retrouvez-les en vidéos

COACHING SCÉNIQUE • La tournée du Chantier des Francos

Maillage inédit et original entre formation et diffusion, la tournée du Chantier des Francos est une collaboration entre la Sacem, les Francofolies de La Rochelle et les salles de musiques actuelles. Chaque année, dix-huit jeunes artistes bénéficient d’une formation au sein du Chantier des Francos, pendant plusieurs mois. La tournée est le prolongement nécessaire à leur insertion professionnelle : la scène est l’endroit idéal pour progresser. Cette année encore, de prestigieuses scènes, partout en France, ont accueilli sur deux jours les jeunes talents de la chanson francophone.
Le premier après-midi est dédié à un speed-meeting pour une demi-douzaine de groupes régionaux qui profitent des conseils des coachs du Chantier des Francos et de l’action culturelle de la Sacem. Puis, en soirée, le public peut assister à un concert de deux artistes, repérés et accompagnés par les salles, suivis d’un artiste issu du Chantier des Francos. Le lendemain matin, ces artistes bénéficient d’un coaching artistique par l’équipe pédagogique du Chantier des Francos, de la Sacem et des professionnels de la filière musicale. Des moments forts de création et de partage où la Sacem joue un rôle d’accompagnement global : repérage d’artistes, formation, partenariat avec les salles, diffusion et renouvellement des répertoires. Une tournée qui fêtera ses 10 ans l’an prochain!

VALORISATION DES TALENTS • Les Scènes Sacem

Créé en octobre 2017 par le festival Jazz à Juan et la Sacem, Jammin’Juan est le premier marché professionnel du Jazz en France. Il fédère l’ensemble des acteurs du jazz et marque un moment essentiel du développement artistique et du rayonnement de créateurs émergents. En octobre prochain, pour la troisième édition, la Sacem y proposera une scène exceptionnelle avec l’ensemble Danzas et Jean-Marie Machado pour fêter les 10 ans du groupe, suivie de No Jazz, qui fêtera ses 20 ans. Le lendemain, pour la première fois, de grands ensembles venus de toute la France, issus de la fédération Grands formats et choisis par la Sacem, se produiront devant professionnels et médias présents au sein de ce marché. À Paris, les Scènes Sacem Jazz organisées tout au long de l’année au Pan Piper contribuent à l’émergence de créateurs : ils s’y produisent devant des professionnels de la filière musicale et un public parisien amateur de jazz. En juin dernier, une scène Sacem associée à une conférence de presse présentait deux artistes issus de la deuxième édition du marché : Armel Dupas et Anthony Jambon. Valorisation de la création, promotion et diffusion des oeuvres, mise en relation et insertion professionnelle : ces opérations offrent aux créateurs de jazz un accompagnement aujourd’hui nécessaire surtout en début de carrière.

ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE • Les Fabriques à Musique

Chanson, électro, jazz et musiques improvisées, musique contemporaine, musique et image… les Fabriques à Musique initiées par la Sacem – en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, le ministère de la Culture et Réseau Canopé – se sont déployées à travers cent soixante projets tout au long de l’année scolaire 2018-2019. Quel que soit le genre artistique, le principe est le même : un auteur-compositeur intervient en classe, en binôme avec l’enseignant, pour cinq séances de création musicale avec les élèves. Atelier d’écriture, découverte du processus créatif et des différents métiers de la création, pratique collective du chant ou de la musique, échanges avec l’auteur-compositeur, sensibilisation au droit d’auteur : les Fabriques à Musique ont été conçues comme des moments d’éducation artistique et culturelle qui s’achèvent par des restitutions publiques dans une salle de spectacle locale, en fin d’année scolaire. Au total, cent cinquante salles de musiques actuelles ou structures locales ont été associées au dispositif. Quatre mille sept cent soixante-dix élèves des écoles primaires, collèges et lycées y ont participé.

Retrouvez Les Fabriques à Musique en vidéo

ACCÉLÉRATEUR DE CARRIÈRE • Un nouveau programme pour les humoristes

Seul en scène, duo ou trio humoristique : la Sacem a lancé cette année le programme Mach1/Mach2 (Mécanique d’accompagnement de carrière en humour sur deux ans). Il a été conçu pour répondre de manière adaptée aux besoins spécifiques de cette scène, aujourd’hui la plus diffusée du spectacle vivant. Ce programme ne concerne pas le tout début de carrière lorsque l’artiste se teste sur scène face à différents publics ou est en cours d’écriture d’un spectacle. Il intervient au moment où l’artiste passe un nouveau cap et souhaite apporter un écrin à son spectacle (scénographie, réécriture, création lumière), consolider des pistes d’entourage professionnel, activer ou renforcer un repérage et une reconnaissance par les professionnels, les médias et le grand public. À ce stade, l’objectif de l’artiste est de s’installer durablement dans le paysage de l’humour.
Outre l’aide financière, il s’agit donc d’un véritable accompagnement de l’artiste dans l’élaboration de sa stratégie. Parmi les axes de développement intégrés à ce nouveau programme, on trouve notamment : la production scénique en récurrence dans une salle, la création de tournées, la programmation dans le cadre du festival Off d’Avignon, le développement d’outils promotionnels et de contenus audiovisuels de divers formats… Yacine Belhousse, Stéphanie Jarroux, Cyril Iasci et Kosh (photo ci-dessus) figurent parmi les premiers artistes bénéficiaires.

© Alexandre Chevillard

 


 

Questions à… François Besson, Directeur de l'Action culturelle de la Sacem

Qu’est-ce que l’action culturelle de la Sacem ?

L’action culturelle, c’est d’abord un engagement au quotidien au service des créateurs et de leur environnement professionnel et aussi au service des
acteurs de la filière. Nous étudions chaque année des milliers de dossiers d’une grande diversité, sous l’angle financier, bien sûr, mais aussi et surtout en identifiant les besoins d’expertise, d’accompagnement, de financement ou encore de mise en réseau. L’objectif est de les aider à trouver leur place dans l’écosystème de la création et de la diffusion, en France comme à l’international.

Et en France, les dispositifs sont-ils accessibles partout ?

Bien sûr, l’action culturelle est conduite au plus près des territoires grâce à un budget déconcentré qui permet de mener, en concertation avec nos équipes réparties partout en France, une veille des initiatives innovantes, voire des manifestations en difficulté. Il nous arrive, d’ailleurs, d’engager des fonds pour répondre à des urgences ponctuelles ou sectorielles, comme ce fut le cas avec la mise en place du fonds d’urgence au spectacle vivant.

Comment sélectionnez-vous les projets que vous soutenez ?

Les critères de sélection sont tous détaillés par programme d’aide sur notre portail sacem.fr. La première étape est de s’assurer que les dossiers sont bien éligibles et entrent notamment dans le cadre fixé pour l’utilisation des sommes issues de la rémunération pour copie privée (voir encadré, page suivante). Notre rôle est aussi d’identifier des opportunités ou des axes de développement à partir de notre expertise et de notre connaissance globale de l’écosystème de la création. Il ne s’agit pas de mécénat. L’action culturelle est inscrite dans les statuts de la Sacem et, dans un moment de forte tension sur les financements publics, soutenir fait partie intégrante de notre responsabilité sociale et environnementale.

Publié le 27 juin 2019