Le musée en ligne de la Sacem ouvre ses portes

12 juin 2018

Une fenêtre ouverte sur l’histoire de celles et ceux qui font vivre la création depuis près de deux siècles : les auteurs, les compositeurs et les éditeurs… mais aussi leurs milliers d’œuvres. Un nouveau site internet patrimonial et pédagogique où l’on se plaît à flâner de clic en clic…

Lire une une chanson inédite de Barbara écrite en l’honneur de son ami Higelin, découvrir l’histoire de Rue des Blancs-Manteaux de Jean-Paul Sartre, consulter l’examen d’entrée à la Sacem de Georges Brassens… c’est désormais possible !

Peu de gens le savent : la Sacem conserve des milliers de documents d’archive, depuis sa création, en 1851. Près de 30 kilomètres linéaires de rayonnages remplis de demandes d’adhésion, examens d’entrée, correspondance, coupures de presse, partitions, bulletins de déclaration…

«Avec le temps, les archives de la Sacem, qui avaient un caractère administratif, ont pris une valeur patrimoniale. L’objectif n’est bien sûr pas de transformer la société d’auteurs en institution muséale, mais il faut rendre justice à ces archives… et à travers elles, à tous ses membres », explique Claire Giraudin, directrice de Sacem Université et responsable du projet.

La genèse de ce musée en ligne remonte à plusieurs années et émane d’une volonté des créateurs et des éditeurs de valoriser le patrimoine de la Sacem. Une Commission Mémoire et Patrimoine constituée de membres de la Sacem et présidée par l’auteure Arlette Tabart puis l’éditrice Nelly Querol coordonne la mise en place du projet. Un partenariat essentiel a également été mis en place avec les chambres syndicales des éditeurs (CSDEM et CEMF) pour permettre l’utilisation des partitions.

Le fondS D'ARCHIVE …

À son ouverture, le musée Sacem présente une sélection de plus de trois mille pièces d’archive… et ce n’est qu’un début !

«Le maître mot, c’est la diversité : diversité des créateurs, des éditeurs, des répertoires musicaux et autres que musicaux, des territoires», assure Claire Giraudin. Bien sûr, les auteurs compositeurs les plus illustres des cent cinquante dernières années seront dûment représentés.

« Sinon, cela serait très déceptif pour les internautes. Mais nous y présenterons aussi des choses moins communes.» Par exemple ? La mise en avant de répertoires comme les œuvres jeune public, l’opérette, la poésie.

...et la forme

L’écrit est le principal support : demandes et actes d’adhésion, examens d’entrée, lettres, articles de journaux, photographies, bulletins de déclaration d’œuvres, partitions et petits formats, programmes, revues… Le tout, accompagné de documentaires sur les coulisses de la création, de grands entretiens proposés en podcast, ou encore des playlists sur des plateformes légales de streaming audio ou vidéo.

Pas question non plus de laisser l’internaute seul face à la multitude de documents numérisés par la Sacem.

Une archive sera mise en avant très fréquemment, et les équipes éditoriales vont sélectionner toutes les semaines une «pépite»: une archive inédite et particulièrement remarquable.

Des séries seront aussi proposées, comme «Les inattendus», qui racontent l’histoire d’œuvres pas nécessairement vouées au succès…qui sont ensuite devenues des tubes!

Et une dizaine d’expositions seront organisées chaque année, par exemple autour de Mai 68, des femmes dans la création musicale ou encore des auteurs de doublage.

 

Alors, n’attendez plus, plongez dans les archives de la Sacem !

 

CONSULTER LE MUSEE EN LIGNE

Publié le 12 juin 2018