Hommage à Pierre Étaix

15 octobre 2016

Réalisateur, acteur, Pierre Étaix était aussi auteur. La Sacem salue la mémoire de cet artiste aux mille talents.

L'éternel soupirant. Tendre, caustique, comique, romantique. Pierre Étaix a eu plusieurs vies : tour à tour dessinateur, clown, cinéaste, gagman, acteur, auteur, magicien, écrivain et musicien. Mais une seule passion : rire et faire rire. Poète burlesque, auguste fraternel, il s'est inscrit dans la grande tradition fantaisiste qui a vu naître des Charlie Chaplin, Laurel et Hardy ou Buster Keaton.

Originaire de Roanne, graphiste de formation, c'est à Paris qu'il fait ses premières armes, entre illustrations et numéros de cabaret. La rencontre avec Jacques Tati, en 1954, va déterminer la suite de ses aventures. Assistant réalisateur sur le film Mon oncle, il contracte le virus du cinéma. Ses premiers courts métrages ne sont que les prémices d'une carrière de réalisateur qui verra, tout au long des années 60, le succès de films comme Le soupirant (prix Louis Delluc 1963), Tant qu'on a la santé, Le grand amour, et surtout Yoyo : à l'occasion de cet hommage au monde du cirque, il invente un personnage de clown qui ne le quittera plus.

Un amour de la piste qui le conduira à fonder, en 1973, avec son épouse Annie Fratellini, la première école nationale du cirque. Adhérent à la Sacem depuis 1972, homme de plume, de sciure et de plateaux, Pierre Étaix est aussi homme de planches : sa pièce de théâtre, L'âge de monsieur est avancé, en 1985, connaîtra un tel succès qu'il en conduira la version télévisuelle, aux côtés de Nicole Calfan et Jean Carmet, tout en animant une soirée thématique dédiée à un autre magicien, Georges Méliès.

En 1989, c'est lui qui réalise le premier film en format "omnimax" pour la Géode de la Villette, à l'occasion du bicentenaire de la Révolution française. Mais n'abandonne pas pour autant le music-hall : en 2010, son spectacle Miousik Papillon, qui traverse la France, est un patchwork de jazz, de magie et de mime, scandé par une troupe de musiciens. Deux ans après, il endossera à nouveau le costume de Yoyo sur la piste du cirque Joseph Bouglione.

Prix et hommages ont toujours salué la carrière infatigable de Pierre Étaix : en 2009, le festival Lumière de Lyon a inauguré une rétrospective de ses films, en 2011, l'Académie des Oscars du cinéma a organisé une soirée en son honneur, en 2013 il a reçu le grand prix de la SACD pour l'ensemble de son œuvre et a été fait Commandeur des Arts et des Lettres.

"La joie est pareille à un fleuve, rien n'arrête son cours : il me semble que tel est le message que le clown veut nous transmettre", écrivait Romain Gary. Ce message, Pierre Étaix l'a réussi.

Publié le 15 octobre 2016