Sacem Université : Colloque "Pour que vive la nuit"

27 mai 2014

Une rencontre historique !

pour_que_vive_la_nuit_sacem_u_700x200.jpg

Sacem Université, plateforme pédagogique a organisé son deuxième colloque en mai, autour du monde de la nuit, un monde profondément bouleversé par les évolutions sociales et législatives de ces 20 dernières années.
Des experts et professionnels du secteur, représentants des pouvoirs publics et artistes sont venus échanger sur la place que tient le monde de la nuit dans notre société, son apport à l’économie, à l’emploi…

Au programme

À cette occasion, deux études ont été dévoilées : « Les discothèques en France » (Sacem) ainsi que l’étude « Le tourisme nocturne en Europe » (Les Pierrots de la Nuit - EuroCouncil of the Night).
Elles ont rythmé les deux tables rondes « La nuit en France » et « La France et le tourisme de nuit ». Ce colloque a été animé par Sylvain Bourmeau, journaliste et producteur à France Culture.

Table-ronde « La nuit en France »

Description du monde de la nuit, de sa place dans notre société, de ses difficultés et de son image en France.
• Serge Di Folco, Propriétaire de La Colline (Solaize, Lyon)
Les difficultés de la nuit
• Catherine Espinasse, Psycho-sociologue spécialisée sur la nuit
La place de la nuit dans la Société
• Tony Gomez, Directeur du Queen (Paris, 8ème)
L’évolution de la nuit
• Jérôme Lacroix, Propriétaire de la Tomate blanche (Poitier)
Les difficultés de la nuit, développement de nouveaux modèles
• Nicolas Lerner, Directeur Adjoint du Cabinet du Préfet de Police
Positionnement des pouvoirs publics
• Jeremy Leroy, Propriétaire du Kes West (Bours, Arras) et de la Réserve (Arras)
Les difficultés de la nuit et développement de nouveaux modèles
• Quentin Mosimann, Dj et compositeur
La nuit à Paris

Table-ronde « La France et le tourisme de nuit »

Focus sur la nuit européenne et le tourisme de nuit.
Frantz Steinbach, Directeur général de la société d’édition musicale District 6 France, Vice-président du réseau des Musiques Actuelles à Paris (MAP), membre de la Commission des variétés de la Sacem.

Comparaison avec la situation des autres capitales européennes, propositions des professionnels et des pouvoirs publics afin de dynamiser de nouveau la nuit française. 
• Antoine Baduel, Président directeur général de Radio Fg
Évolution et rayonnement de la nuit en France et en Europe
• Arnaud Frisch, Directeur du Silencio (Paris, 2ème) et du Wanderlust (Paris, 13ème)
Nouveaux modèles et développement
• Frédéric Hocquard, Conseiller de Paris, délégué au Maire de Paris, chargé de la nuit
Paris, la Nuit
• Laurent Queige, Délégué général de Tourisme City lab
Enjeu du tourisme européen de nuit
• Quentin Mosimann, Dj et compositeur

EN PARTENARIAT AVEC

Institutions 
- Syndicats professionnels : AFEDD (Association Française des Exploitants de Discothèques et Dancings), CPIH (Confédération des Professionnels Indépendants de l’Hôtellerie), CSCAD(Chambre Syndicale des Cabarets Artistiques et Discothèques de France), SNDLL (Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs), UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie)
- L’UCPA, école des DJ

Partenaires médias 
- DJ Mag 
- France Culture Plus 
- KeyBoards Recording 
- Le Magazine de la discothèque 
- Paris NightLife 
- Le Parisien 
- Paris Nuit 
- Radio FG 
- Tsugi

Bilan

Ce colloque a permis de détendre les relations de la Sacem avec les entrepreneurs de la nuit et de la positionner comme un partenaire.

Les retombées médiatiques ont été très nombreuses et la presse et les professionnels ont très bien accueilli l’initiative.

Ce colloque a été l’opportunité de lancer le nouveau service Muzicenter auprès des discothèques : il permet aux DJ résidents des discothèques inscrites d’avoir accès gratuitement à une plateforme de titres musicaux récents enrichie régulièrement.
Muzicenter s’inscrit dans l’objectif d’apporter des services concrets aux clients utilisateurs de musique.

Un livret de ce colloque a été édité à la suite de cette table ronde pour établir un bilan et pouvoir envoyer un support positif aux responsables de discothèque (2000 environ).

 

Publié le 30 mai 2014